Les bibliothèques agiles

Notre établissement se lance dans une grande réflexion stratégique, l’idée étant d’en faire un établissement technologique de référence en 2025. A notre niveau, celui des bibliothèques, nous sommes donc en train de réfléchir à ce que nous pourrions être/faire dans ces années là.

C’est quoi, une bibliothèque académique en 2025 ? Et plus particulièrement, les 8  bibliothèques d’un établissement en réseau dont le sujet principal est la technologie ? Vaste question… Pour commencer, nous avons fait un benchmark d’établissements similaires au notre sur une dizaine de bibliothèques dans le monde. Il en ressort que tous ont des learning center comme ici, et , que tous ont une présence sur le web très étendue sur la plupart des réseaux sociaux connus (de moi en tout cas) et des sites web agréables et performants, la norme générale d’ailleurs semblant être le discovery tool. Beaucoup proposent des plates-formes pour l’apprentissage des compétences informationnelles, tous ont des horaires d’ouvertures autour du 24/7, tous ont un personnel de bibliothèque aux alentours de 5 pour 1000 étudiants.

Bien, la bibliothèque moderne, ouverte sur les réseaux, performante sur internet est donc l’élément basique d’une bibliothèque innovante en 2013. Oui, mais encore…

Si, comme le dit bibliomancienne, « Les bibliothèques, surtout les nouvelles bibliothèques, représentent de grands équipements aspirationnels : elles incarnent une vision, la manière dont une communauté se définit par rapport au savoir, à la culture et sa mémoire« , alors nous nous devons d’incarner cette vision pour notre établissement, tout au moins de la proposer, je reste modeste et pragmatique.

Comme nous sommes une école de technologie, comme notre modèle est et je pense restera pour un moment le MIT, je tombe sur le concept de fab-lab, dont voici une introduction.

Le concept s’est rapidement développé dans le monde parce qu’il correspond à une technologie mature, qu’il est plutôt léger et peu onéreux à mettre en place (environ 50k$, environ 100 m²), qu’il est innovant. Il a également trouvé sa place dans plusieurs bibliothèques publiques, en particulier aux USA, par exemple le Street Press de la Sacramento Public Library.

Dans les bibliothèques scolaires ou académiques,le mouvement est plus lent et on trouve le premier fab-lab dans une université américaine en juillet 2012, tiens tiens, c’est une université technologique.

Fab-lab, mais aussi co-workingtiers-lieu de création, voilà un ensemble de notions qui me semblent bien pertinentes pour nos futures bibliothèques (ou quel que soit le nom que nous leur donneront) dans un contexte ou l’on parle en interne d’apprentissage par projet, ou l’on diminue les heures de cours présentiel, ou la fréquentation de nos bibliothèques augmente de jour en jour.

Il reste que ces concepts sont ceux qui se développent aujourd’hui, en 2013. L’anticipation pour nous sera d’être constamment adaptables et à l’écoute de ces mouvements, de rester flexibles, en un mot, d’utiliser les concepts de la conception agile afin de savoir les proposer à nos publics en temps et en heure.

Christine O.

Publicités
Cet article, publié dans Accueil, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s